Situé à l’est de l’Afrique occidentale, le Niger figure parmi les pays les plus pauvres du monde. Il existe une certaine interaction entre pauvreté et vulnérabilité au VIH/sida. Malgré une tendance à la stabilisation relevée en 2006, la pandémie pourrait être accélérée par les inégalités et les pesanteurs socioculturelles. Elle touche plus durement les personnes les plus démunies, notamment les femmes, les orphelins et les enfants vulnérables.

Dans le cadre de la politique nationale de lutte contre le sida, la CADEV-Niger (Caritas Développement Niger) œuvre à l’amélioration des conditions de vie des personnes infectées et affectées par le VIH/sida. Dans le prolongement d’une phase pilote menée de 2004 à 2007, la Caritas souhaite, à travers un nouveau programme triennal (2008 à 2010), s’inscrire dans une perspective à long terme visant à réduire l’impact de la maladie au sein de la population et à préserver la dignité humaine des personnes séropositives, des malades du sida et de leurs familles.

Ce programme comporte plusieurs volets : l’amélioration quantitative et qualitative de l’aide apportée (soins, réinsertion socio-économique, aide alimentaire, accompagnement psychologique et spirituel) ; l’élargissement du Programme d’appui à la réinsertion d’enfants en difficulté (PARED) aux enfants affectés par le VIH et aux orphelins du sida ; la création d’un guide de l’assistance juridique pour informer les malades et leurs familles ; la mise en place d’un mécanisme de plaidoyer politique fonctionnel pour mieux accéder aux ressources publiques de la communauté internationale.